Bandeau Xylak
Bandeau NAUVAT
Bandeau arc-en-ciel
    Brimborions
     xylakaviens
fbbb aaag
xylak.net


Oyiwen ed tanemert_______Page mise à jour le 11 mars 2018 vers 02h10 TUC    

Quelques réflexions à propos des ambigrammes


Il ne s'agit ici ni d'initiation ni d'encyclopédie – plusieurs sites remplissent très bien cet office, avec une compétence et des ressources supérieures à tout ce qui pourrait être offert dans cette page ; pour qui veut découvrir ou mieux connaître les ambigrammes, voici quelques liens vers des sites où chacune pourra trouver son bonheur (et plus encore, puisque la plupart proposent également d'autres liens pointant vers d'autres sites)    a a a

Restent donc simplement ci-dessous quelques réflexions sur les ambigrammes, dans le même esprit (et avec le même dilettantisme) que le reste de ce site.

 


NB- Dans ce qui suit,
q Le mot et la chose (1)

In principio erat Imago… Si l'on suit la présentation qu'en fait la page de Wikipédia  dans son édition en français, aux commencements de l'ambigramme  étaient

En effet, la deuxième moitié du XIXème siècle a vu paraître des dessins dont le sens (ce qu'on y voit ) change quand on en change le sens (en renversant  la feuille sur laquelle ils se trouvent pour que le haut se retrouve en bas). Une première lignée est à base de visages ; on peut en trouver plusieurs exemples sur le site eyetricks.com, notamment dans cette page et les suivantes  [⇒]. On en doit une seconde à Peter Newell : dans Topsys and Turvys, chaque page contient un dessin avec, en dessous, une légende ; en retournant la page, on peut lire une autre légende correspondant à la nouvelle signification du dessin inversé ; le même site que précédemment en fournit un bon exemple dans cette page  [⇒], dont les deux légendes sont déjà explicites : à l'endroit, L'Éléphant se penche au-dessus de la palissade et se demande pourquoi…  et à l'envers, L'Autruche a un cou plus long et une bouche plus petite que lui ; dans la rotation, la tête et les oreilles de l'éléphant deviennent le corps et les ailes déployées de l'autruche, alors que sa trompe devient le cou du volatile. Dans les deux cas, le terme d'inversion  est pleinement justifié.

Mais l'article de Wikipédia  opère alors un glissement quand le paragraphe suivant embraye directement sur les mots inversés proposés par des lecteurs, que De juin à septembre 1908, le journal britannique The Strand publie parmi ses Curiosités ; l'exemple repris par l'encyclopédie est celui du mot chump, envoyé par un certain Mitchell T. Lavin, de Cincinnati, qui suppose que son exemple est le premier mais aussi le dernier (I think it is the only word in the English language ).

Toute considération historique (ou psychologique) mise à part, il faut bien noter que le processus n'est pas le même que pour les dessins, puisqu'il s'agit ici de retrouver dans l'image inversée le mot initial ; et l'écart n'est pas mince : dans le cas des dessins, on renverse la feuille pour découvrir quelque chose de nouveau ; dans celui de chump, on la renverse pour vérifier que tout est pareil.

Au demeurant, l'exemple choisi par M. T. Lavin ne cède pas à la facilité puisqu'il suppose une distribution différente des lettres, comme le montre l'image ci-contre.

___Placer le curseur de la souris sur l'image pour la faire pivoter de 180 degrés.
 chumpchump

En 1984, pour distinguer l'inversion  s'appliquant à un dessin de celle qui porte sur un mot  (2), Douglas Hofstadter a proposé d'appeler ce nouvel avatar ambigram ; notons que, pour une étymologie stricte, il s'agit d'un barbarisme  puisqu'on ajoute un préfixe latin (ambi-, que l'on retrouve dans ambidextre, ambigu ou ambivalent) à un radical grec (gramma, grammatos  – qu'on ne présente plus) ; on aurait pu penser à palingramme, dont le préfixe (grec, lui) marque le retour, ou même palingraphe  (puisque graphe  insiste plus sur le dessin de la lettre alors que gramme  insiste plus sur sa nature, comme dans anagramme  ou tétragramme ). Mais, comme inversion  est très flou (il peut logiquement s'appliquer au palindrome) et que palin-  est justement déjà pris par ce même palindrome, autant faire avec ambigramme.


w Affaires de point de vue

On a donc un nom (ambigramme ) et un domaine d'application (le mot). Mais quel est leur rapport exact ? Le terme lui-même ne figure dans aucun des dictionnaires courants  (Académie, Littré, TLFi) ; la seule définition dont on dispose est celle du Wiktionnaire ; c'est donc d'elle que l'on partira :

Figure graphique d'un mot lisible selon différents points de vue au moyen d'un jeu de symétrie. Le mot ainsi dessiné reste inchangé ou en génère un autre par rotation d'un demi-tour ou par réflexion dans un miroir. Plus généralement, tout mot calligraphié de manière à susciter une double lecture.

Comme on le voit, cette définition est assez vaste et regroupe (elle aussi) des cas de figure variés. On peut cependant relever les termes de graphique, dessin  ou calligraphié ; en cela, l'ambigramme s'oppose au palindrome :


Palindrome Ambigramme
au niveau du motau niveau du texte
prend en compte l'identité des lettres : Radar est un palindrome parce que la première lettre est R comme la dernière et la seconde A comme l'avant-dernière ;prend en compte la forme des lettres : un p tourné de 180 degrés devient naturellement  un d, mais on peut sans peine lui faire dire ol, voire at ou uf ;
domaine binaire : un mot est ou n'est pas un palindrome ; s'il n'en est pas un, rien ne peut faire qu'il en devienne un ;on peut jouer sur le découpage des mots (espaces et ponctuations sont ignorées) :
Bagatelle ! dira Hercule
peut être le palindrome de
le lucre : Haridelle, ta gabegie
domaine analogique : la valeur de l'ambigramme dépend de l'habileté de qui l'a créé mais aussi des facultés d'interprétation de qui le lit.
modus operandi unique :
en ne tenant compte ni des diacritiques (é = e, ç = c, œ = oe)
___ni de la casse (A = a)
modus operandi variable :
 
voir le tableau suivant
 en ôtant espaces et ponctuation
pour une chaîne de n lettres, la lettre de rang x (de 1 à n/2)
___doit être identique à la lettre de rang n-x+1

La diversité des transformations permettant de créer un ambigramme est en effet une caractéristique originale du procédé. Les exemples ci-dessous, faits maison, sont minimalistes ;


MutationMonorèmesDirèmes
Symétrie  (3)
   verticale
 
   horizontale
Coche1Coche2Bon2Bon4
[∇]        [⇒]
__L'absence d'exemple extérieur pour la variété monorème semble due à l'intérêt réduit qu'elle offre (symétrie artificielle ).
Aviva1Aviva2
[∇]        [⇒]
Dol1Dol2
[∇]        [⇒]
__Pour le cas particulier de mots écrits verticalement,
_____voir la note (4)
Rotation  (5)
   180 degrés
Axe1Axe2
[∇]        [⇒]
Amour1Amour2
[∇]        [⇒]
__Il semble que, pour beaucoup, ambigramme  se confonde avec la variété monorème par rotation de 180 degrés.
Rotation
   90 degrés
   horaire
Ox1Ox2Oie1Oie2
[∇]        [⇒]
__Les exemples de rotation à 90 degrés sont plutôt rares. Avec des caractères d'imprimerie, seuls O et X sont inchangés (ce qui limite fortement le choix pour les monorèmes).
__b b   L'exemple extérieur allie ambigramme (FISH/GIRL) et dessin (un poisson/un visage de jeune fille).
 
À noter que, dans le sens horaire, les lettres restent dans le même ordre (gauche à droite ↔ de haut en bas) tandis que, dans l'autre sens, l'ordre en est inversé.
 
__b b   Le site ecriture-art.com  donne un exemple avec CHOPIN  traité comme monorème (en caractères manuscrits adaptés).
Rotation
   90 degrés
   antihoraire
Oô1Oô2
[∇]        [⇒]
Coi1Coi2
PuzzleToits3Toits1Cas très particulier. Voir la note  (6)
Laisser le curseur de la souris immobile sur l'image pour la faire s'animer.
Les exemples suivants jouent sur une double lecture sans déplacement du texte.
NB- La distinction monorème/dirème  ne semble plus vraiment pertinente.
MutationExemple (dirème)Commentaire
ImbricationFlûtisteIllustra
[∇]         [⇒]

Idéalement, le second mot doit se trouver écrit par (et pas seulement dans ) les espaces entre les lettres du premier ; c'est ici le cas pour le i emboîté dans fl.

Difficile à trouver (aux deux sens du verbe). L'exemple de Scott Kim existe dans une version animée et, tout en bas de sa page, dans une image fixe.

DécalageIllustré par Hofstadter lui-même avec david  levitt, où d initial ↔ l, ae et d final ↔ tt, vi en commun ;
on peut voir la graphie de Hofstadter dans la page déjà citée du site ecriture-art.com.
Darne1Darne2
[∇]        [⇒]
Le mot ci-contre peut se lire DARNE  ou CLAME  (ou DAME ) selon la façon dont on regroupe les éléments de certaines lettres.
Homographie Polysémie (7)Fils1Fils2Ses enfants commettent des larcins
Assembler les différents morceaux
Ses brins de ficelle flottent dans le vent
Transporter à l'étage supérieur

Il est alors possible d'ajouter un élément de comparaison pour compléter le tableau initial :


Palindrome
r a d a r r a d a r
 Ambigramme monorème
a x e a x e
 ___information unique (isolée)
Anacyclique
c a s s e r r e s s a c
 Ambigramme dirème
J a m i e O l iv e r
 ___deux informations reliées

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Notes ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

(1)  Le titre est emprunté à un ouvrage de Willard Quine.
(2)  Cette formulation est très simpliste ; elle sera précisée dans le tableau comparatif palindrome / ambigramme.
(3)  Les deux appellations semblent claires et logiques ; tout aussi logique (mais un peu moins clair ?) : la symétrie verticale est une symétrie par rapport à un axe horizontal, et vice-versa.

Cependant, certains auteurs (et certains programmes informatiques) inversent ces deux dénominations.

(4)  John Langdon donne plusieurs exemples de ce cas de figure.

L'exercice offre deux avantages : d'abord, la succession des lettres n'a plus d'incidence sur la symétrie, chacune étant prise isolément ; ensuite, plusieurs majuscules (plus du tiers) sont naturellement symétriques : A, H, I, M, O, T, U, V, W, X et Y ; ainsi atout  donne-t-il    a a a
qui n'a besoin de personne pour être symétrique ; mais le jeu se complique avec E ou L par exemple ; on trouvera dans cette page  [⇒] ce que J.Langdon fait de HONEYWELL (avec un traitement original des deux L finals).

A
T
O
U
T
(5)   Équivaut à une symétrie par rapport à un point ou à une double symétrie (horizontale puis verticale ou l'inverse).
(6)  Il s'agit donc d'emboîter les lettres les unes dans les autres pour former un bloc, un peu à la façon d'un puzzle ou d'un casse-tête ; le site de Philippe Cichon en donne un exemple (nettement meilleur que le mien) avec le mot circle, que l'on peut trouver dans cette page  [⇒] (si besoin est, chercher dans la page les mots quadrature du cercle ).
NB- il y a bien déplacement des lettres, mais il n'aboutit ni au mot initial (monorème) ni à un mot différent (dirème).
(7)  À l'évidence, on entre ici dans le domaine du vocabulaire et de la lexicographie ; mais quitte-t-on celui de l'ambigramme ? si oui, où placer la frontière ? et selon quel critère ?

Plan du site & Mentions légales_._Site éclos sur Skyrock, développé avec Axiatel et mûri sur Strato.com_._© 2015-2018 - XylonAkau