Bandeau Xylak
Bandeau NAUVAT
Bandeau arc-en-ciel
    Brimborions
     xylakaviens
fbbb aaag
xylak.net


Oyiwen ed tanemert_______Page mise à jour le 11 mars 2018 vers 22h30 TUC    

  

Traduction (assez libre, et annotée) de quatre textes pouvant être lus comme des compléments à l'Annexe I  [⇒] du discours du 16 juin 1844, à propos des événements qui ont marqué la dernière moitié de ce mois dans le comté de Hancock.

Les deux premiers textes sont un échange de courriers entre Thomas Ford (gouverneur de l'Illinois de 1842 à 1846) et Joseph Smith :

A} lettre adressée le 22 juin à Joseph Smith, détaillant les griefs et les exigences du gouverneur,


Les deux autres textes viennent____aaa
de l'ouvrage de Thomas Ford, publié en 1856 :


C} les pages 354 à 361, commençant par une sorte d'oraison funèbre  de Joseph Smith et se poursuivant par un mélange de récits et de réflexions sur les Mormons avec et sans Prophète ;

D} les pages 234 à 245, sur l'affaire d'Alton, contrepoint de la noble déclaration du gouverneur dans sa lettre : je verserais jusqu'à la dernière goutte de mon sang pour protéger ces presses.
 ford-2-jpg
NB- l'illustration ci-dessus est un montage ; la page réelle est plus étirée en hauteur.
Retour aux sources
Ⓐ Ⓑ   Le texte original des deux lettres figure dans History of the Church  (désigné par la suite par HoC ), volume 6, chapitre XXVII, pages 533 et sqq ; on peut consulter par exemple à cette adresse  [⇒].
Ⓒ Ⓓ   Le livre de Thomas Ford peut être trouvé à cette adresse  [⇒]  ; le texte est simplement photographié (sans ROC).
NB1- ci-dessous, cet ouvrage est désigné par HIll ;
NB2- les références correspondent aux numéros de pages imprimés dans le livre (différents de ceux du fichier PDF).

ford-4-jpg 
Ce bandeau est extrait d'un document
que l'on peut trouver

A} Lettre du gouverneur Ford à Joseph Smith et à ses administrés


Quartier général, Carthage, le 22 juin 1844 (1)

 

Au Maire et au Conseil municipal de la Ville de Nauvoo :

 

Messieurs,


Après avoir examiné soigneusement toutes les accusations venant des citoyens du comté de Hancock, et les éléments de défense qui m'ont été remis par la délégation de vos concitoyens (2) à propos des désordres actuels, j'estime que quelques contradictions apparaissent touchant à des faits importants, si bien qu'on peut supposer sans risque d'erreur que la cause directe des troubles présents est la destruction de la presse du Nauvoo Expositor, suivie du refus, par les personnes accusées, d'en répondre selon les lois communes de cet État, et de l'obstination de votre part à n'en répondre que devant votre propre conseil municipal, et les juridictions de votre ville.

Beaucoup d'autres faits ont été mis en avant d'un côté comme de l'autre, entraînant de plus en plus d'agitation ; mais comme ils ne concernent, pour la plupart, que de simples citoyens, qu'ils ont été commis à titre individuel et ne servent qu'à éclairer l'état actuel de la situation, je n'en parlerai pas plus dans ce courrier.

Les faits matériels qui doivent être notés sont
– qu'un journal intitulé le Nauvoo Expositor  a été créé à Nauvoo ;
– que ce journal a été considéré comme s'attaquant aux habitants de cette ville ;
– que le Conseil municipal, sans en avertir les propriétaires ni les appeler à comparaître, a instruit un procès, en écoutant des déclarations qui n'ont pas été faites sous serment, ainsi qu'un témoignage sous serment, en rapport avec la personnalité, la conduite et les desseins des propriétaires et rédacteurs de la presse ;
– qu'après avoir entendu ces déclarations et ce témoignage, le Conseil municipal a pris une ordonnance ou décision déclarant que ladite presse et ledit journal étaient un trouble à l'ordre public, et ordonné que les mêmes soient jugulés comme tels ;
– qu'un arrêté a été pris par le Maire et signifié au Chef de la police municipale à cet effet ;
– qu'un ordre de commandement a, dans le même temps, été transmis par le Maire, qui est aussi le Lieutenant-Général de la Légion de Nauvoo, au Major-Général en charge de cette Légion, pour qu'il  fournisse une force suffisante pour permettre l'exécution du susdit arrêté.

Il apparaît également que la presse a été détruite en application de l'ordonnance et de l'arrêté précédents, selon le rapport qu'en a rendu le chef de la police, dans les termes suivants : « La presse et le matériel qui se trouvaient à l'intérieur est détruite et écrasée suivant les ordres, ce 10 juin 1844 à environ 18 heures - J. P. GREENE, Chef de la police municipale ».

Il apparaît aussi
– que les propriétaires de la presse ont obtenu d'un juge de paix de Carthage un mandat d'arrêt contre les auteurs de cette destruction, accusés d'avoir fomenté une émeute ;
– que l'agent de police chargé de l'exécution de cet acte (3) a arrêté quelques-uns des accusés, qui ont obtenu immédiatement des ordonnances d'habeas corpus  du Tribunal municipal de votre ville, en vertu desquelles ils furent jugés à Nauvoo, remis en liberté, et qu'ils ont depuis lors toujours refusé d'être interpellés ou de se soumettre à un procès en quelque lieu ou devant quelque tribunal que ce soit, si ce n'est dans la ville et devant le Tribunal municipal mentionnés ci-dessus.

Il m'a également été rapporté
– que la loi martiale avait été décrétée à Nauvoo ;
– que des personnes et des biens personnels y ont été et y sont encore emprisonnés et détenus par la force,
– et que la Légion a été appelée à prendre les armes pour résister à toute tentative d'arrestation des personnes accusées.

Je n'ai pas spécialement enquêté sur la véracité de ces dernières assertions car (bien qu'elles puissent devenir des questions de grande importance par la suite), il n'est pas nécessaire qu'elles soient vérifiées et puissent servir dans l'immédiat.

Maintenant, pour vous donner mon sentiment, votre conduite dans la destruction de la presse a été une très grave atteinte aux lois et aux libertés des gens. Il se peut que cette presse ait véhiculé une multitude de calomnies, mais cela ne vous autorisait pas à la détruire.

Il y a nombre de journaux, dans cet État, qui n'ont cessé de m'injurier injustement depuis plus d'un an, et pourtant, j'ai tant de respect pour la liberté de la presse et les droits d'un peuple libre sous un gouvernement républicain que je verserais jusqu'à la dernière goutte de mon sang pour protéger ces presses contre toute violence illégale (4). Vous avez violé la Constitution au moins en quatre points particuliers. Vous avez violé ses articles qui déclarent que la presse écrite sera libre, étant responsable des abus qui en découlent, et que la vérité peut être donnée sur preuve (5).

Cet article de la Constitution envisage que les propriétaires d'un journal accusé de diffamation peuvent être poursuivis pour des dommages au civil, ou peuvent être accusés en justice criminelle, et qu'à l'approche du procès, ils peuvent avoir le droit de donner la vérité sur preuve. Dans le cas présent, les propriétaires n'ont pas été avertis de la procédure.

La Constitution stipule aussi que les gens doivent être protégés contre les perquisitions et les saisies inconsidérées de leurs biens, et que « nul ne doit être privé de la vie, de la liberté ou de ses biens, si ce n'est par le jugement de ses pairs » (ce qui signifie un procès devant un jury) « et la loi du pays », ce qui signifie une juste application de la loi et une notification aux accusés.

Vous avez également violé la Constitution et votre propre Charte en ceci : votre Conseil municipal, qui n'a aucun pouvoir judiciaire et peut seulement prendre des dispositions d'ordre général, a outrepassé ses droits en rendant un jugement comme peut le faire une cour de justice, et condamné sans aucun jury une presse en la déclarant diffamatoire et nuisible.

Le Conseil pouvait tout au plus déterminer un trouble par une décision générale, et laisser aux tribunaux le soin de décider si telle ou telle personne accusée tombait sous le coup d'une telle définition.

La Constitution exècre et ne veut pas accepter la réunion du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire dans le même corps de magistrats, parce que, comme c'est le cas ici, ils feront d'abord une loi tyrannique, et l'appliqueront ensuite de façon tyrannique.

Vous vous êtes aussi accordé plus de pouvoirs que vous n'êtes habilités à le faire, s'agissant des ordonnances d'habeas corpus  prises au nom de votre Charte. Je sais que des juristes (pour gagner vos faveurs) vous ont dit que vous aviez le droit de les étendre à votre guise. En cela, ils vous ont trompés, pour arriver à leurs fins indignes. Votre Charte vous permet de prendre des décisions dont le non respect aboutira à l'emprisonnement du fautif. Afin d'assurer une aide plus rapide à de telles personnes, le Tribunal municipal a reçu l'autorisation de prendre des ordonnances d'habeas corpus  dans toutes les affaires relevant des décisions de la ville. Il n'a jamais été envisagé par le Législateur (et le texte de votre Charte ne saurait être malmené pour le signifier) que l'on pourrait lui accorder une compétence qui s'appliquerait à tous les cas d'emprisonnement dans le cadre des lois de l'État ou des États-Unis, à l'instar des décisions prises par la ville.

Vous êtes bien aussi les seuls à avoir découvert qu'un journal accusé d'être pamphlétaire et diffamatoire peut être légalement jugulé ou éliminé comme trouble à l'ordre public. Jamais auparavant, dans aucun autre État, comté, cité, ville ou territoire des États-Unis, nul n'avait envisagé pareille chose. Aujourd'hui, un tel acte ne serait pas toléré même en Angleterre. Un autre acte du même genre, en 1830, a précipité le roi de France à bas de son trône (6), et causé l'emprisonnement à vie de quatre de ses principaux ministres (7). Aucun pays ne peut accepter une telle conduite, encore moins aux États-Unis, pays de liberté.

Comme résultat de mes réflexions sur ce sujet, j'exigerai que vous et toutes les personnes qui, à Nauvoo, sont accusées ou poursuivies, vous vous soumettiez en tout et sans réserves aux procédures judiciaires, et ne mettiez aucun obstacle à une interpellation, que ce soit par mesure d'habeas corpus  ou autrement ; et que tous les habitants de la ville de Nauvoo respectent continûment et dans leur intégralité les lois de l'État et les procédures des tribunaux et des juges de paix.

Dans le cas particulier qui nous occupe, j'exige que tous et chacun de vous qui êtes ou serez accusés, vous consentiez à être interpellés par le même agent, en vertu du même mandat, et à être jugés devant le même magistrat dont l'autorité a, jusqu'à présent, été bafouée. Rien, en dehors de cela, ne peut restaurer la dignité de la loi outragée et apaiser l'émotion compréhensible des habitants.

Je suis soucieux de préserver la paix. Une simple imprudence peut mener à la guerre. Tout le pays est maintenant en armes, et un grand nombre d'habitants sont prêts à prendre eux-mêmes les affaires en mains. Une telle conjoncture m'obligerait à faire appel à la troupe pour éviter une guerre civile. Et l'agitation dans ce pays est telle que – j'en ai bien peur – les troupes, une fois rassemblées, échapperaient au contrôle de la loi.

Vous avez tort pour cette première partie de l'affaire, et je ne peux faire appel à aucun secteur de la troupe pour vous défendre tant que vous ne vous soumettez pas à la loi. Vous avez rendu nécessaire le rassemblement d'un détachement pour exécuter la procédure légale ; et ce détachement, quelle que soit la rapidité de sa constitution, risque d'être atteint par l'esprit de mutinerie. Si, en refusant d'obéir, vous rendez nécessaire l'appel à la troupe, je crains fort que votre ville ne soit détruite et ses habitants, en grande partie exterminés.

Vous connaissez l'agitation qui s'est emparée des esprits. N'essayez pas de la pousser trop loin. La moindre affaire peut avoir des conséquences dramatiques ; et si vous décidez de perpétuer les causes de l'agitation et de rendre nécessaire l'usage de la force pour mettre fin à la désobéissance, je dirais que votre ville a été bâtie, en quelque sorte, sur un baril de poudre que la moindre étincelle peut faire exploser.

C'est bien mon intention de faire tout mon possible pour préserver la paix et même s'il faut faire appel à la troupe, de mener la guerre de telle façon que les innocents n'y soient pas mêlés et que le même châtiment ne frappe pas tout le monde. Mais l'agitation est quelque chose qui grandit très vite chez les hommes quand ils sont réunis. Cette affaire, j'en ai peur, peut prendre un caractère révolutionnaire, et les hommes peuvent échapper à l'autorité de leurs officiers.

Je vous dis nettement que, si la soumission que j'ai indiquée tarde à venir, je serai contraint de faire appel à la troupe ; et si quelques milliers d'hommes ne suffisent pas, des myriades y parviendront (8).

J'espère sincèrement que vos gens ne feront rien qui rende une telle action nécessaire. J'espère aussi qu'ils seront prêts à m'aider à apaiser l'agitation des esprits. Libérez immédiatement ceux que vous détenez en vertu de la loi martiale. Laissez-les partir sans les importuner. Ne portez pas atteinte la propriété privée. Laissez les gens aller où ils veulent sans leur faire jurer au préalable de ne pas prendre parti contre vous. Tous les procédés de ce genre ne font qu'enflammer les esprits et susciter dix hommes prêts à vous combattre pour un que vous en aurez bêtement empêché.

Votre délégation m'assure que vous êtes sincérement désireux de préserver la paix ; s'il en est ainsi, j'espère que vous coopérerez avec moi en tout ce que requiert l'apaisement des esprits.

(9)___Il m'a été indiqué que les personnes dont le nom suit sont détenues contre leur gré en vertu de la loi martiale : John A. Hicks, H. O. Norton, A. J. Higbee, John Eagle, P. J. Rolf, Peter Lemon, et T. J. Rolf. Cela concourrait grandement à l'apaisement s'ils étaient immédiatement remis en liberté et autorisés à s'en aller sans brimades.

Il a aussi été rapporté ici, et c'est l'opinion générale (mais je ne sais pas encore si c'est exact ou non) qu'il y a de nombreux groupes maraudant à l'extérieur de Nauvoo qui infligent des dommages aux troupeaux et aux biens dans les environs. Ces actes (s'ils ont été rapportés sans erreur) doivent absolument cesser sans délai, si vous voulez que quelqu'un puisse avoir ici le pouvoir de maintenir la paix.

Dans le cas où les personnées accusées n'opposeraient aucune résistance à l'interpellation, il sera contraire aux ordres que d'autres les accompagnent. S'il s'avérait nécessaire de présenter des témoins lors des procès, je veillerai à ce que de telles personnes soient dûment convoquées, et je me porterai également garant de la sécurité de tous ceux qui peuvent être conduits de Nauvoo jusqu'en ce lieu, que ce soit pour le procès ou en tant que témoins de la défense.

Si les individus accusés ne peuvent pas être trouvés le moment voulu par l'agent, je considérerai cela comme un refus d'être interpellés, et la troupe recevra des ordres en conséquence.

Je suis, messieurs, avec mon plus profond respect, votre dévoué serviteur,


THOMAS FORD, Gouverneur et Commandant en chef


  ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Notes ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
  
(1)    Le chemin de cette lettre jusqu'à nous est plutôt curieux : comme il est mentionné plus haut, c'est par HoC  que nous en connaissons le contenu exact car T. Ford n'en donne qu'un résumé, aux pages 325-326 de HIll.
(2)    Il s'agissait de John Taylor et du Dr Bernhisel (médecin personnel de Joseph et Emma Smith).
NB- les notes suivantes ne reviendront pas sur la comparaison avec le récit propre à HoC ; on peut trouver les grandes lignes de cette mise en parallèle dans l'Annexe I  [⇒] de la traduction du discours du 16 juin 1844.
(3)    Le constable  David Bettisworth, requis par le juge Morrison, juge de paix à Carthage.
(4)    Voir bien sûr le quatrième texte, plus bas…
(5)    Malheureusement, je n'ai pu trouver ce que signifiait exactement cette expression, apparemment propre au droit anglo-saxon ; on la rencontre en plusieurs endroits, mais sans qu'elle soit expliquée ; il semble qu'il s'agisse d'un droit accordé (dans certains cas) aux personnes accusées de diffamation.
(6)    Le 25 juillet 1830, Charles X avait signé plusieurs Ordonnances  dont la première suspendait la liberté de la presse ; cet acte conduira aux Trois Glorieuses  des 27, 28 et 29 juillet, contraignant le roi à l'abdication et à l'exil.
(7)    En décembre 1830, le prince de Polignac (chef du dernier gouvernement de Charles X), le comte de Peyronnet (ancien ministre de l'Intérieur), Victor de Chantelauze (ancien Garde des Sceaux) et le comte de Guernon-Ranville (ancien ministre de l'Instruction publique) avaient été condamnés à la prison perpétuelle. Perpétuité assez relative, puisque tous avaient retrouvé la liberté en décembre 1836.
(8)    À Carthage, le gouverneur Ford ne disposait d'aucune force propre : il avait demandé des troupes au gouvernement fédéral, mais ne les a pas reçues ; pour le reste, il était (comme l'indique sa signature) Commandant en chef  des différentes milices locales, qu'il rassemblait et renvoyait selon les besoins. Deux aspects particuliers à cette affaire :
  1.   l'absence de troupes neutres : toutes ces milices sont hostiles aux Mormons, à l'exception évidente de la Légion de Nauvoo ;
  2.   un paradoxe, à propos de cette dernière (qui éclaire sans doute, au moins en partie, l'accusation de trahison) : Thomas Ford était, légalement et militairement, le supérieur hiérarchique immédiat de Joseph Smith.
(9)    On peut supposer que la lettre de T. Ford a été écrite (dictée ?) au moins en deux fois : le paragraphe qui précède forme une belle conclusion classique, alors que ce qui suit détonne et contredit le début de la lettre (où le gouverneur tenait les accusations relatives à la loi martiale pour non vérifiées et hors d'actualité) ; c'est, qu'entre temps, la plainte d'Augustine Spencer auprès du juge Robert Smith les avait remises sur le devant de la scène ; mais la première partie de la lettre n'a pas été mise à jour, et les derniers paragraphes donnent un aspect bigarré qui fait tache après les ambitions oratoires du reste de la lettre.

B} Réponse de Joseph Smith au gouverneur Ford


ford-6-jpg    Ce bandeau apparaît dans un numéro de la
    revue Times and Seasons  daté de février 1842.

_________NAUVOO, le 22 juin 1844 à midi.

À Son Excellence Thomas Ford


Monsieur,


Votre courrier de ce jour est arrivé par MM. Taylor et Bernhisel. M. Woodworth (1), qui faisait partie de la même délégation, ayant été retenu hier, est parti pour Carthage à midi, aujourd'hui même ; nous nous rendons compte qu'il n'était pas arrivé à votre dernier rendez-vous. Certains documents qu'il apportait seraient de nature à contredire quelques-uns des points-de-vue exprimés dans le message de votre Excellence, et nous sommes persuadés que, si tous les faits avaient pu être connus de votre Excellence, vous seriez arrivé à des conclusions différentes.

Notre insistance à ne répondre que devant notre propre Tribunal municipal  est totalement erronée. Nous avons invoqué un habeas corpus  en toute dernière extrémité, pour nous sauvegarder de tomber sous la coupe des populistes, qui nous menaçaient alors de mort, et c'est tout-à-fait à contre-cœur que nous sommes allés devant le Tribunal municipal, en raison du préjugé qui aurait pu se faire jour dans l'esprit des gens impartiaux, et nous n'avons pas sollicité d'habeas corpus  jusqu'à ce que nous ayons indiqué à l'agent (2) que, craignant pour nos vies, nous n'osions pas aller à Carthage pour un procès, et que nous l'ayons supplié d'aller devant n'importe quel autre magistrat du comté qu'il lui plairait, dans les environs (comme c'est couramment le cas dans les procédures judiciaires), et pas devant un membre de notre société, de telle sorte que nos vies soient à l'abri des menaces qui avaient été proférées à notre encontre.

La presse a été déclarée trouble à l'ordre public  sous l'autorité de notre Charte, comme indiqué dans la septième section des Addenda, de la même manière que dans la Charte de Springfield (3), si bien que, si l'acte déclarant la presse trouble à l'ordre public  était inconstitutionnel, nous avons du mal à voir comment ce n'est pas la Charte elle-même qui est inconstitutionnelle (4) ; et si nous avons commis une erreur dans le prononcé du jugement, il s'agit d'un acte officiel, et il appartient à la Cour Suprême de le corriger (5), et d'évaluer les dommages et intérêts exigibles de la ville pour indemniser les biens entravés en tant que trouble public. Si nous avons commis une erreur en cette matière, nous l'avons fait en bonne compagnie, car Blackstone (6), à propos des « Torts », soutient l'idée que les presses diffamatoires peuvent être entravées comme troubles publics.

S'agissant de la loi martiale, nous affirmons vraiment que nous avons dû faire appel à la force militaire pour protéger nos vies, et la Constitution garantit ce privilège à chaque individu ; et nos mesures étaient aussi vigoureuses et contraignantes que la situation l'exigeait ; mais la ville est et toujours été sous le commandement du chef de la police municipale (7), à quelque moment que ce soit. Personne, à notre connaissance, n'a été arrêté pour avoir simplement porté atteinte à la paix publique, et les quelques-uns de nos concitoyens, tous ceux auxquels nous pensons, ont maintenant été libérés.

Et si un bien privé a été confisqué au profit du bien public, ou contre la volonté de son propriétaire, cela a été fait à notre insu ou sans notre assentiment et, quand cela sera prouvé, cela sera corrigé, s'il nous est permis de reprendre le cours normal de nos activités.

Si nous avons commis « une grave atteinte aux lois et à la liberté des gens », comme votre Excellence le déclare, nous sommes prêts à réparer cette faute quand le témoignage s'en présentera. Tous les hommes sont contraints d'agir dans leur propre sphère, selon leur propre jugement, et il nous serait pratiquement impossible de savoir ce qu'aurait été le jugement de votre Excellence dans le cas dont nous parlons, ayant par conséquent agi d'après et conformément à ce que pensions être le mieux, après avoir consulté les sources compétentes en cette affaire. Si nous nous sommes trompés, nous répétons que nous ferons ce que le droit exige, si la possibilité nous en est laissée.

« La Constitution prévoit aussi que les gens seront protégés contre toute inquisition et saisie hors de raison. » Exact. C'est ce que nous croyons au plus haut point, et nous avons agi en conséquence. Mais nous ne jugeons pas hors de raison de rechercher tant que c'est nécessaire pour protéger la vie et les biens contre la destruction.

Nous ne croyons pas à la « réunion des pouvoirs législatifs et judiciaires » et ce n'est pas ainsi que nous avons interprété le déroulement des événements dont il est question.

Quel que soit le pouvoir que nous ayons exercé dans l'habeas corpus, il l'a été en accord avec la lettre de notre Charte et de la Constitution comme nous les avons comprises de façon certaine, et cela, également, en suivant les conseils les plus compétents ; mais, s'il devait apparaître que nous nous sommes trompés sur ce point, que la Cour suprême corrige l'erreur. Nous n'avons jamais enfreint une loi constitutionnelle, pour autant que nous en ayons eu connaissance. Si des juristes ont trahi leur profession pour nous tromper, que la faute en retombe sur eux.

Vous annoncez qu'aucune presse n'a été entravée aux États-Unis pour trouble à l'ordre public. Nous renvoyons votre Excellence à Humphrey contre la presse  dans l'Ohio, qui entrava de son propre chef la presse pour diffamation, et les tribunaux décidèrent un non-lieu. Et nous savons bien qu'il est courant pour la police, à Boston, New-York, etc., de détruire des imprimés diffamatoires ; et nous pensons que perdre sa réputation à cause d'une calomnie et perdre la vie à cause d'imprimés populistes est pire que de perdre quelques biens – toutes choses que nous avons (à la seule exception de la vie) supportées, endurées de la part des gens les moins scrupuleux, hors-la-loi, joueurs, faussaires, et autres personnalités qui m'ont cotoyé et qui probablement entourent présentement votre Excellence (8) – à savoir ces hommes qui nous ont apporté ces maux.

Nous n'avons pas connaissance de personnes ayant dû prêter serment pour pouvoir quitter notre ville. Et, dès la réception de votre dernier message, la Légion a été dissoute et la ville, mise à la disposition de votre Excellence.

Comment nous pourrions être maintenant jugés légitimement par le même magistrat qui a émis le premier mandat à Carthage, nous ne pouvons le concevoir – car la Constitution mentionne expressément que nul ne pourra voir deux fois sa vie et son intégrité physique mises en jeu pour le même délit ; et tout ce à quoi vous faites allusion a, depuis la délivrance de l'habeas corpus, été accompli comme il se doit, s'agissant de ce même délit, avec un procès devant Daniel H. Wells, juge de paix du comté de Hancock, et, après une enquête complète, ils ont été acquittés. Mais, ce nonobstant, nous n'hésiterions pas à nous présenter à un autre procès, selon le désir de votre Excellence, si nous n'avions pas la certitude que nos vies se trouveraient mises en danger. Nous n'osons pas venir. Des mandats (nous le supposons) ont été délivrés contre nous dans divers endroits du pays. A quelle fin ? Pour nous ballotter de place en place, de tribunal en tribunal, à travers les ruisseaux et les prés, jusqu'à ce qu'un scélérat assoiffé de sang puisse trouver l'occasion de nous abattre ? Nous n'osons pas venir, malgré les promesses de protection de votre Excellence. Déjà, au même moment, vous avez exprimé la crainte de ne pas pouvoir contrôler l'agitation populaire, auquel cas nous serions abandonnés à la merci de gens sans merci. Monsieur, nous n'osons pas venir, parce que nos vies seraient en danger, alors que nous ne sommes coupables d'aucun crime.

Vous dites qu'il sera contraire aux ordres de nous faire accompagner par d'autres si nous venons au procès. Cela, c'est ce que nous avons été contraints de faire au Missouri ; et quand nos témoins ont été appelés par la cour (comme votre Honneur s'engage à le faire), ils ont été jetés en prison, et nous sommes restés sans témoins. Monsieur, vous ne devez pas nous critiquer, car « un enfant qui s'est brûlé a peur du feu ». Et quelles que soient les bonnes dispositions de votre Excellence en la matière, l'appartition des troubles nous interdit de venir. Nous n'osons pas le faire.

Il nous a été conseillé par des gens de loi qui sont aussi de grands esprits, venus de l'extérieur et arrivés hier soir par le bateau, de porter nos doléances devant le Gouvernement fédéral, comme les choses laissent apparaître non seulement une trahison envers nous, mais aussi envers l'État, de la part du Missouri – à moins que la même chose n'ait été requise du gouverneur Ford par le Gouvernement fédéral. Et nous supposons que votre Excellence n'ignore pas maintenant que les rassemblements de foules du comté ont annoncé une extermination totale des Mormons, et qu'il n'a pas été fait appel à la Légion jusqu'à ce que des plaintes soient adressées au Maire, que les citoyens n'en viennent à craindre pour leurs vies, perdant confiance dans les autorités de la ville, et que rien n'a été négligé du côté des autorités de la cité, que ce soit sur le plan législatif ou judiciaire, pour calmer l'agitation et faire revenir la paix.

Nous devons abandonner la ville séance tenante pour aller exposer les faits devant le Gouvernement général, et, comme indiqué précédemment, la cité est laissée ouverte et sans protection ; aussi, par tout ce qui est sacré, nous prions votre Excellence de permettre à nos femmes et nos enfants sans défense d'être protégés contre la violence des manifestants, et ne pas laisser le sang des innocents en appeler au ciel contre vous. Nous le répétons, si quoi que ce soit de mauvais a été fait par notre faute, et nous ne sommes au courant de rien, nous ferons tout ce que le droit exige, si le gouvernement nous en donne la possibilité. Dispersez les manifestants, garantissez-nous nos droits constitutionnels, pour que nos vies ne soient pas mises en danger lors du procès.

Je demeure, très respectueusement, l'humble serviteur de votre Excellence,


JOSEPH SMITH, Maire, et Lieut.-Gén. de la L. de N.


  
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Notes ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

(1)    Initialement, la délégation devait aussi comprendre Willard Richards, mais celui-ci dut rester à Nauvoo pour terminer de rassembler certains documents ; il aurait donc dû partir le lendemain matin, mais fut remplacé par Lucien Woodworth (architecte, également chargé par Joseph Smith de certaines missions), qui ne quitta Nauvoo que vers midi. Les documents qu'il avait avec lui arrivèrent donc nettement après le départ de la lettre du gouverneur ; il n'est pas impossible qu'il ait en même temps apporté la réponse de Joseph Smith.
(2)    Il s'agit à nouveau du constable  David Bettisworth.
(3)    Située dans le centre de l'Illinois, Springfield en est la capitale.
(4)    Dans HIll, Thomas Ford rapporte en détails à la suite de quelles manœuvres parlementaires la Charte de Nauvoo avait été votée ; à cette occasion, il en critique sinon la légalité, du moins le bien-fondé.
(5)    Avant d'être élu gouverneur en 1842, Thomas Ford était juge assesseur  à la Cour suprême de l'Illinois.
(6)    Il s'agit certainement de William Blackstone, juriste anglais, auteur (entre 1760 et 1780) de Commentaires sur les Lois de l'Angleterre, dont Wikipédia  mentionne qu'aux États-Unis mêmes, ils influencèrent […] Abraham Lincoln, et restent fréquemment cités dans les décisions de la Cour Suprême.
(7)    Il s'agit du Marshal  John P. Greene.
(8)    Rendant compte de son entrevue avec le Gouverneur, John Taylor déclare : Il était entouré par quelques-uns des hommes les plus infâmes et dépourvus de principes de la création. […] Wilson, et, je crois, William Law étaient là, Foster, Frank and Chauncey Higbee, […] un commerçant émeutier de Warsaw, Joseph H. Jackson, un certain nombre de ses associés, et le secrétaire du Gouverneur – en tout quinze ou vingt personnes, dont la plupart avaient tourné le dos à la vertu, l'honneur, l'honnêteté et tout ce que les hommes considèrent comme honorable.

 

C} Joseph Smith et les Mormons dans Une Histoire de l'Illinois

ford-5-jpg
NB- Les pages qui suivent sont également citées dans le volume 7 de HoC , avec une présentation à l'ironie assez inattendue – dont l'Annexe I propose une traduction.

Ainsi tomba Joe Smith, l'imposteur le plus brillant des temps modernes ; un homme qui, bien qu'ignorant et fruste, avait quelques grands talents naturels, qui lui assurèrent une réussite temporaire, mais qui étaient si entravés et contrebalancés par la perversion de son fond et les vices de sa nature qu'il ne put jamais parvenir à établir une organisation politique  susceptible de réussir par la suite. Ses appétits, son amour de l'argent et du pouvoir, l'ont toujours conduit à considérer le profit et l'avantage immédiat, plutôt que les conséquences à long terme de ses projets. Il semble qu'aucune puissance de l'esprit ne puisse sauver un homme mauvais de cette erreur. Les désirs puissants de la nature animale ne laisseront jamais libre jeu à une juste compréhension, le jugement n'a jamais le droit de choisir le bien qui est éloigné, de préférence au mal attirant qui est à portée de main. Et on peut considérer que c'est là une sage disposition de la Providence, grâce à laquelle les projets d'hommes doués mais pervers sont vaincus dans l'acte même qui devrait leur assurer le succès.

Il ne faut pas croire que le soi-disant prophète recourait aux ficelles d'un imposteur ordinaire, que c'était un personnage sombre et lugubre, avec une longue barbe, un aspect empreint de gravité et de sévérité, et une allure faite de sainte réserve. Au contraire, il était plein de frivolité, allant jusqu'à s'amuser comme un enfant ; il s'habillait avec une élégance recherchée, et parfois buvait comme un marin et jurait comme un pirate. Il pouvait, quand les circonstances l'exigeaient, se montrer très doux ; et ensuite, à nouveau, brusque et violent comme un voleur de grand chemin ; toujours à même d'adapter sa conduite aux attentes de ses disciples. Il fit toujours preuve de poltronnerie devant la force, et d'arrogance face à la faiblesse. Par moments, il pouvait prendre un air de repentance, comme s'il eût ressenti la pire honte de ses péchés, enduré une angoisse sans nom, et se fût laissé aller aux sombres pressentiments d'un malheur qui n'aurait pas de fin. En de tels moments, il demandait que ses frères prient pour lui, avec une énergie et un sérieux farouches et inquiétants. Il mesurait un bon mètre quatre-vingts, était solidement bâti, avec une musculature bien développée. A coup sûr, il devait son pouvoir sur des gens ignorants autant à la supériorité de sa force physique qu'à un supplément d'habileté et d'intelligence.

Ses partisans se répartissaient en meneurs et menés ; les premiers comprenaient un groupe bien fourni d'hommes délabrés, sans scrupules mais non dénués de talents, comme on en trouve partout, qui, faillis moralement aussi bien que financièrement, n'avaient rien à perdre en quittant les religions reconnues et s'en taillant une nouvelle de leur cru. C'étaient pour la plupart des gens sans foi qui, tournant toutes les religions en dérision, croyaient avoir autant le droit que le Christ ou Mahomet ou n'importe lequel des fondateurs d'un ordre antérieur, d'en créer une pour eux-mêmes ; et, s'ils pouvaient l'imposer à l'humanité, le droit de vivre du travail de leurs pigeons. Ceux du second groupe étaient la partie étonnamment crédule de l'humanité, dont la croyance facile et la nature portée à l'admiration sont les victimes perpétuelles de la nouveauté, quelque forme qu'elle puisse prendre, qui sont capables de croire n'importe quoi d'étrange et de merveilleux, pourvu que ce soit nouveau, tandis que les merveilles des âges passés ne suscitent ni foi ni respect ; c'étaient des hommes au tempérament faible, prêts à se soumettre à la volonté du plus fort, s'en remettant entièrement à la conduite de leurs meneurs ; et c'est ce qui explique l'immense influence de ces meneurs quand il s'agissait de les commander. Pour le reste, certains des Mormons étaient des coquins sans retenue, qui avaient trouvé refuge à Nauvoo, endroit idéal pour abriter le quartier général de leur scélératesse ; et d'autres étaient d'honnêtes gens, travailleurs, qui furent les vraies victimes d'une habile tromperie. De telles gens étaient plus à plaindre qu'à persécuter. Chez eux, la croyance religieuse était une forme de dérangement mental ; et, assurément, il n'est de pire calamité qui puisse atteindre un être humain que d'avoir un esprit ainsi fait qu'il en fasse la vraie dupe d'une imposture religieuse.

La part des Mormons la plus policée était un joyeux assortiment de disciples, amateurs de musique et de danse, de vêtements et de réunions enjouées. Ils avaient leurs réunions de danse régulières, messieurs et dames, et ne jetaient l'interdit sur personne du fait de sa personnalité. Il est de notoriété publique qu'un desperado du nom de Rockwell (1), s'étant attiré l'affection d'une charmante dame, épouse d'un marchand mormon, l'enleva à son mari par la force des armes, pour qu'elle vienne vivre avec lui dans l'adultère. Mais tandis qu'elle vivait ainsi notoirement dans l'adultère avec un voyou mormon, dans la même ville que son mari, elle était fréquemment reçue dans la meilleur société de l'endroit, dans toutes les joyeuses réunions, où elle et son mari se rencontraient fréquemment dans la même danse.

Le monde s'est alors perdu en conjectures variées quant à la future progression de la religion mormone. Certains croyaient qu'elle périrait et s'évanouirait avec son fondateur. Mais, selon le principe que « le sang des martyrs est la semence de l'Église », il y avait maintenant plus de raison que jamais de prédire son succès. Le meutrier des Smith, loin de mettre un terme à l'illusion mormone et d'en disperser les membres, comme beaucoup croyaient que cela se produirait, les souda plus solidement que jamais, leur donna une nouvelle confiance dans leur foi et accrut leur fanatisme. L'Église mormone avait été organisée avec une Première Présidence composée de Joe et Hiram Smith et Sidney Rigdon, et douze apôtres du prophète, représentant les apôtres de Jésus-Christ. Les douze apôtres étaient alors absents, et jusqu'à ce qu'ils puissent être rassemblés, les esprits des « saints » étaient dans le trouble quant au futur gouvernement de l'Église. Des révélations furent publiées, annonçant que le Prophète, à l'imitation du Sauveur, se relèverait d'entre les morts. Beaucoup, bouche bée d'émerveillement, attendaient l'accomplissement de cette révélation, et certains racontaient l'avoir déjà vu, suivi par une armée céleste, traversant les airs sur un grand cheval blanc. Rigdon, comme seul survivant de la Première Présidence, réclama le gouvernement de l'Église, en tant que successeur du Prophète. Quand les douze apôtres rentrèrent des terres étrangères, un combat féroce s'engagea entre eux et Rigdon. Rigdon renforça ses prétentions en alléguant la volonté du prophète en sa faveur, et prétendant avoir eu plusieurs nouvelles révélations du Ciel, parmi lesquelles l'une se révéla de nature très imprudente. Elle visait à ce que tous les Mormons fortunés quittent Nauvoo pour le suivre à Pittsburg. Cette révélation lui mit à dos à la fois les riches et les pauvres. Les riches, parce qu'ils ne voulaient pas abandonner leurs biens (2) ; et les pauvres, parce qu'ils ne voulaient pas être abandonnés par les gens fortunés. Ce fut fatal à l'ambition de Rigdon ; de plus, les Mormons, las du despotisme d'un gouvernement solitaire, voulaient maintenant opter pour les apôtres. Rigdon fut exclu de l'Église comme faux prophète, et quitta les lieux avec quelques disciples pour se créer une petite illusion à lui, près de Pittsburg, en laissant le gouvernement de l'Église principale entre les mains des apôtres, avec à leur tête Brigham Young, un homme habile mais grossier, occupant la place de Pierre dans la hiérarchie chrétienne.

Des missionnaires furent envoyés dans toutes les directions pour prêcher au nom de « Joseph le martyr » ; et la religion mormone se développa mieux que jamais. Pendant un temps, on put se demander si le règne des Saints enrégimentés de Nauvoo ne finirait pas par supplanter l'ordre doux et humble du Christ. Il y avait de nombreuses choses concourant à leur réussite. Les différentes sectes chrétiennes avaient perdu beaucoup de l'énergie enthousiaste qui les avait d'abord animées. Elles étaient parvenues à une religion plus modérée, sage, instruite et intellectuelle. Mais il y a en tous temps une large fraction de l'humanité dont la dévotion ne sera jamais rassasiée que par un fanatisme brûlant et furieux.

Les Mormons étaient les plus grands fanatiques, les plus confiants dans leur foi, et remplis d'un enthousiasme plus furieux, plus violent, et plus hardi qu'aucune secte sur le continent américain ; leur religion leur promettait plus d'avantages temporels et spirituels pour moins d'effort, supportant plus de passion, de désir, de préjugé, de méchanceté, de haine, et de mauvaise foi que quasiment toute autre dans le monde entier. Leurs missionnaires au dehors, au nombre de deux à trois cents, étaient particulièrement ardents et infatigables dans leurs efforts pour convertir, traversant terre et mer pour gagner ne serait-ce qu'un nouveau fidèle. Une fois dehors, ils prêchèrent d'abord une doctrine ressemblant à celles de Campbellites (3) (Sidney Rigdon, le créateur de l'organisation, avait été pendant un temps un prêcheur campbellite) ; et, une fois qu'ils avaient fait bonne impression, ils commençaient à faire des allusions plus avancées pour exposer leur mystères et révéler à leurs disciples qu'il fallait viser une parfaite « plénitude de l'évangile ». Cette « plénitude de l'évangile » était recherchée par le disciple plein de rêves et d'émerveillement, comme quelque chose d'imprécis, que l'on ne pouvait pas encore cerner, mais qui était essentiel à la perfection du bonheur et du salut. On lui disait alors que Dieu exigeait de lui qu'il s'en aille vers le lieu du rassemblement, le seul où la sublime « plénitude de l'évangile » pourrait lui être entièrement révélée, et où il pourrait en être pleinement comblé. Quand il arrivait sur le lieu du rassemblement, il était fortifié dans sa foi toute neuve en étant soustrait à toute autre influence, en ne voyant et n'entendant que des Mormons et la doctrine mormone, en ne cotoyant que ceux qui n'avaient jamais mis en doute quelque dogme mormon que ce soit. A présent, la « plénitude de l'évangile » pourrait lui être révélée sans crainte. Si elle demandait qu'il se soumette à la tyrannie la plus intolérable, si elle acceptait et encourageait les désirs de la chair et la polygamie, si elle revendiquait toute la terre pour les saints et tout le pouvoir pour les dirigeants mormons, si elle autorisait le meurtre, le brigandage, le faux serment et le vol quand leurs prêtres le commandaient, nul ne pouvait douter à présent que c'était la « plénitude de l'évangile », la liberté des saints que le Christ leur avait accordée.

Le monde chrétien, qui avait jusque là regardé les Mormons avec quelque mépris mais sans rien dire, peut malheureusement avoir des raisons de craindre un développement rapide. La société moderne regorge d'éléments propices à une telle religion. A la mort du prophète, quatorze ans après l'organisation de la première Église mormone, les Mormons étaient environ deux cent mille à travers le monde (un demi-million d'après leurs statistiques) ; un nombre peut-être égal à celui des Chrétiens, quand l'Église chrétienne avait le même âge. On peut craindre que, dans l'espace d'un siècle, quelqu'un de doué, comme l'était Paul, quelque orateur exceptionnel, capable d'attirer par son éloquence des foules par milliers, toujours prêtes à écouter (et se laisser emporter par) l'éclat des cuivres et le choc des cymbales d'un discours étincelant, puisse imposer son écoute, puisse réussir à insuffler une nouvelle vie dans ce Mahométisme d'aujourd'hui, et faire résonner le nom de Joseph le Martyre aussi fort, et émouvoir les âmes aussi vivement, que le nom sacré du Christ lui-même. Sharon (4), Palmyra, Manchester, Kirtland, Far West, Adamon, Diahmon, Ramus, Nauvoo, et la prison de Carthage, peuvent devenir des noms saints et vénérables, des lieux de pèlerinage, en un temps à venir ; comme Jérusalem, le Jardin de Gethsémani, le Mont des Oliviers, et le mont Calvaire pour les Chrétiens, et la Mecque et Médine pour les Turcs. Et, s'il devait en être ainsi, l'auteur de cette Histoire se sent bien petit en songeant que l'humble gouverneur d'un obscur État, qui aurait autrement été oublié en l'espace de quelques années, a de bonnes chances (comme Ponce-Pilate et le roi Hérode (5) par leur relation professionnelle avec la vraie religion) de passer à la postérité et voir son nom rendu immortel, attaché au souvenir d'un malheureux imposteur. Il peut y avoir des hommes que leur ambition pousserait à souhaiter voir leur nom immortalisé dans l'Histoire, fût-ce dans ces conditions peu glorieuses. Je ne suis pas de ceux-là.


  
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Notes ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

(1)    Il s'agit d'Orrin P. Rockwell, que l'on peut rencontrer sur ce site dans diverses pages (voir par exemple la note (9)   suivant la traduction du discours du 26 mai 1844  [⇒]. Quant au couple ainsi désuni, il s'appelait Davis (cf. la note (1)   de l'affaire Sympson  [⇒] ).
(2)    L'essentiel des biens détenus par les Mormons était immobilier : maisons, magasins, fermes, terres cultivées.
(3)    Alexander Campbell (1788 – 1866) d'abord membre de l'Église baptiste, fut, à partir des années 1835, à l'origine du Mouvement de Restauration (Restoration Movement ), qui se proposait de rassembler l'ensemble des églises chrétiennes. Plus d'un Mormon avait commencé par être campbellite.
(4)    Joseph Smith était né à Sharon (dans le Vermont, en 1805) ; avec sa famille, il avait ensuite vécu à Palmyra (dans l'État de New-York – 1816-1825), où il avait eu ses premières visions ; Manchester (toujours dans l'État de New-York – 1830) fut témoin des premières conversions puis l'Église s'installa à Kirtland (dans l'Ohio – 1831-1838) ; T. Ford ne mentionne pas Independence  (dans le Missouri – 1831-1833), dont une révélation promettait qu'elle deviendait la nouvelle Jérusalem (mais Joseph Smith n'y séjourna jamais que quelques jours) ; chassés de Kirtland et d'Independence, les Mormons vont créer la ville de Far West (au Missouri – 1838-1839) ; Adam-ondi-Ahman (Spring Hill, pour le commun des mortels – 1838), situé dans la même région, doit voir Jésus y rassembler ses lieutenants pour préparer sa Second Venue (et son règne de mille ans sur la Terre ; un Temple y fut prévu mais resta au ras du sol) ; Ramus, (dans l'Illinois – 1839-1846), eut une communauté mormone active, avant même que Joseph Smith ne crée Nauvoo (même État et mêmes dates que Ramus), nouveau siège de l'Église où se regroupera la majeure partie des Mormons. Pour Carthage et sa prison, voir les journées du 26 et 27 juin 1844 dans l'Annexe I  [⇒] de la traduction du discours du 16 juin 1844.
(5)    Bien sûr, le trait d'humour devrait servir d'excuse à l'à-peu-près, mais le parallèle qu'établit Thomas Ford reste surprenant : Ponce-Pilate a fait crucifier Jésus, Hérode a fait décapiter Jean-Baptiste ; à priori, seuls ses pires ennemis accusent le gouverneur d'avoir décidé ou même voulu la mort de Joseph Smith ; lui-même s'en défend d'ailleurs, dans les pages qui précèdent cet extrait. Comme aurait pu dire Voltaire (à moins que ce ne soit Antigone Gonatas ou Wolof ndiaye neena ) « Que Dieu me protège de moi-même ; les autres,… »

Annexe
  

Comme indiqué plus haut, les pages de HIll consacrées aux Mormons et à leur Prophète sont reprises dans le volume 7 de HoC, aux chapitres I à V. Elles y sont précédées de l'introduction traduite ci-dessous, due à George A. Smith et Wilford Woodruff (qui étaient alors Historiens de l'Église ), publiée dans le Millennial Star  en 1862 (on peut trouver le texte reproduit dans HoC  à cette adresse  [⇒]).


Le gouverneur Ford est certainement un homme qui a accompli de merveilleux exploits. Non seulement, en tant que gouverneur de l'Illinois, il a obligé deux hommes innocents à comparaître devant deux magistrats différents pour la même accusation, en contradiction avec la Constitution et les lois de l'État ; à se livrer à la garde d'un magistrat émeutier (et non à celui qui avait délivré le mandat) ; à aller en prison sous escorte militaire en vertu d'un mandat de dépôt illégal, contraire au droit, sans aucun examen ; non seulement il les a mis dans une cellule criminelle sans qu'ils aient comparu pour un crime ; les a fait sortir de prison de façon contraire à la loi ; les y a renvoyés en donnant de la manière la plus solennelle et sacrée sa parole personnelle, et la parole de l'État, qu'ils seraient protégés ; les a fait garder par des hommes dont il connaissait la perfidie et qu'il savait décidés à faire périr les prisonniers, jusqu'à leur assassinat de sang-froid, mais il s'est alors prétendu « frappé par la foudre » !

C'est notre souhait de rendre pleinement justice à la mémoire de cet héroïque gouverneur qui, en plus des grandes réalisations exposées ci-dessus, a, sur son lit de mort, légué au monde stupéfait un volume de quatre cent quarante-sept pages, intitulé « Histoire de l'Illinois de 1818 à 1847, contenant un récit complet de l'essor, de la progression, et de la chute du Mormonisme », etc.

  

Cette présentation est complétée par cet ajout, entre les chapitres III et IV :


Comme il est peu probable que l'« Histoire de l'Illinois » de Ford soit jamais republiée, et dans la mesure où son traité sur les affaires mormones est la partie la plus importante du livre, nous rendrons service à la fois à l'Histoire de l'Église et à l'Histoire de l'Illinois en publiant d'autres extraits.


D} L'affaire de l'Alton Observer  vue par Thomas Ford

Alton
Le bandeau est tiré d'un document mis en ligne
par bgill   dans cette page   [⇒]

En 1837, une série de troubles se produisit à Alton (1), dont le résultat fut la destruction d'une presse abolitionniste (2), et la mort d'un des émeutiers et d'un des abolitionnistes. Cette affaire a fait grand bruit de par le monde, et mérite un traitement plus détaillé. Le Réverend Elijah P. Lovejoy, de l'Église presbytérienne, avait essayé, semble-t-il, de publier un journal favorable à l'abolition de l'esclavage à Saint-Louis, mais sa presse y a été détruite par une manifestation populaire, et il a lui-même été chassé de la ville.

Mr Lovejoy décida alors de déménager son entreprise à Alton. La presse devant servir à son projet fut débarquée le dimanche, mais fut jetée dans la rivière, durant la nuit, par les habitants. La question soulevait les passions, et un rassemblement public fut convoqué le lundi soir dans l'église presbytérienne – rassemblement qui attira un très grand nombre de personnes.

Mr Lovejoy fut le premier à prendre la parole. Il dit qu'il était venu à Alton pour créer un journal religieux. Il aimait l'endroit et souhaitait y rester ; la plupart de ses abonnés habitaient l'Illinois ; et il répondrait mieux à ses attentes et aux leurs en faisant comme ça. Il n'aimait pas Saint-Louis, et il n'aimait pas l'esclavage. Il regrettait d'avoir reçu un tel accueil à Alton ; il supposait que les gens avaient mal compris son but. Il n'était pas abolitionniste ; il croyait que les abolitionnistes faisaient du tort aux gens de couleur ; il les avait dénoncés à plusieurs reprises, et il avait lui-même été critiqué par Garrison (3) et les autres comme étant en faveur de l'esclavage parce qu'il refusait de suivre les abolitionnistes dans toutes les mesures qu'ils proposaient. Il était opposé à l'esclavage, pour sûr ; il l'avait toujours été et espérait l'être toujours, et il souhaitait s'éloigner de ce fléau. Pendant qu'il était à Saint-Louis, où l'esclavage avait cours, il se sentait obligé de s'y opposer. C'est pour cela que sa presse avait été détruite et qu'il avait été lui-même pris à partie. Il avait décidé de venir dans un État libre (4), et il remerciait Dieu d'être maintenant débarrassé de l'esclavage. Il pourrait maintenant publier un journal religieux, sans y mêler la question de l'esclavage ; il pourrait conserver ses opinions ; mais s'étant éloigné du mal, il n'aurait aucune raison d'en faire état. Et puis, ajouta-t-il, ce serait de la lâcheté que de quitter un lieu où le mal sévit, pour aller lutter contre lui dans un endroit d'où il est absent.

Les gens prirent cela comme un engagement de Mr Lovejoy à ne pas mêler la question de l'esclavage aux débats dans son journal ; et, sous cette condtion, il n'y avait pas d'opposition à ce qu'il crée l'Alton Observer. Le temps passa : le journal étendit sa diffusion, mais seulement comme un journal religieux, annonçant l'évangile de paix du Bon Dieu, qui est paix sur la Terre et bonne volonté pour les hommes (5). Quelque temps plus tard, il fut vaguement question d'esclavage, de manière critique. Peu après, le journal devint abolitionniste modéré. Puis quelques-uns des citoyens les plus respectables furent dénoncés comme favorables à l'esclavage, et exposés au mépris public parce qu'ils osaient dire ce qu'ils pensaient des abolitionnistes ; et finalement, en l'espace d'un an, il devint ouvertement un journal abolitionniste de l'espèce la plus virulente, et la religion y était traitée comme un simple à-coté et un auxiliaire de la cause principale de l'abolitionnisme.

L'esprit de révolte d'Alton s'excita. Les gens pensèrent qu'ils avaient nourri une vipère pour qu'elle les morde et réduise leur paix en cendre. On rappela son engagement à Mr Lovejoy. Ses amis le pressèrent de changer de cap, mais aucune considération ne put ébranler sa résolution inflexible. Il devint seulement plus violent, et ses critiques se firent plus personnelles. Un rassemblement public fut convoqué pour le pousser, par des moyens pacifiques autant que possible, à revenir à son engagement initial. Un comité fut désigné pour s'occuper de lui et rappeler à son attention ses premières promesses. Il nia avoir fait de telles promesses, et défendit la liberté de la presse, et son droit à une liberté sans borne comme l'un de ses principes directeurs. Il lut au comité une longue homélie sur les manifestations, et sembla penser que l'action d'une manifestation de foule, en lui créant un courant de sympathie, élargirait sa renommée et immortaliserait ses efforts. Le déni avéré par un ministre du culte de ce que des centaines de personnes l'avaient entendu déclarer accrut la colère des gens, qui s'enfla en une fureur dévorante quand une lettre parut dans le Plain Dealer,  où les hommes les plus en vue d'Alton étaient critiqués pour ne pas s'être eux-mêmes jetés dans le combat et n'avoir pas protégé Mr Lovejoy au risque de leur vie, en restant à l'écart d'une presse utilisée pour les calomnier eux-mêmes et pour défendre une cause qu'ils jugeaient remplie d'attaques envers tous les intéressés. Les habitants se réunirent et, calmement, prirent la presse et le matériel et les jetèrent dans le Mississippi. Il devint alors évident à tout homme raisonnable que l'Alton Observer ne pouvait plus être publié à Alton en tant que journal abolitionniste. Les plus raisonnables des abolitionnistes eux-mêmes estimèrent inutile de retenter l'expérience. Pourtant, quelque-uns d'entre eux, les plus acharnés, pensèrent que le salut de la race noire passait par la poursuite de la publication du journal à Alton. Ils organisèrent une réunion privée pour en discuter, réunion à laquelle participèrent MM. Godfrey et Gilman, et Mr le Révérend Hogan – qui n'étaient pas abolitionnistes. Chacun exprima son opinion. Certains étaient favorables à la remise en place d'une presse et à sa défense à tout prix. D'autres pensaient que ce serait de la folie que de s'y lancer, et ils considéraient que les efforts déjà faits avaient été à deux doigts de ruiner le sentiment religieux de la communauté et de briser la paix et l'harmonie entre les Églises. Mr Lovejoy accusa Mr Godfrey, qui était un dirigeant de l'Église presbytérienne, et le Révérend Hogan d'avoir déclaré que si l'Observer  se réinstallait, ils ne pourraient rien faire pour le protéger de la foule ; mais il oubliait de mentionner que ces messieurs ne pouvaient pas reconnaître comme encouragé par Dieu ce qui avait fait autant de mal. Ils avaient vu les effets de l'abolitionnisme dans les États esclavagistes où, loin de briser les chaînes de l'esclave, il avait abouti à les rendre plus solides et plus rigoureuses (6). Ils pensaient, en toute conscience, que l'abolitionnisme était une erreur – ils n'allaient pas risquer leur vie pour le défendre !

Malgré tout, la majorité décida de réinstaller l'Observer  comme journal abolitionniste ; et, pour le préparer, ils publièrent un appel à une convention devant se tenir à Upper Alton, le 26 octobre 1837, rassemblant toutes les personnes qui, dans l'Illinois, étaient opposées à l'esclavage et en faveur d'un débat libre. La convention se réunit ; et, quoique l'appel fût adressé à tous ceux qui étaient opposés à l'esclavage, il y eut une tentative pour exclure tous ceux qui ne se diraient pas eux-mêmes abolitionnistes, en les considérant tous comme ennemis d'un libre débat. Les dirigeants de l'Église presbytérienne s'opposèrent à ce qu'ils se réunissent dans leur lieu de culte si tous les opposants à l'esclavage n'y étaient pas admis. Cette condition fut finalement acceptée, et nombre d'entre eux prirent place dans l'assemblée. Un comité fut désigné pour préparer le travail et, dans l'après-midi, le Révérend Beecher, alors président du Collège de l'Illinois, devait prononcer un sermon avant la convention. Le comité de deux abolitionnistes et un opposant présenta un rapport majorité-minorité, et le Président Beecher se lança dans une violente harangue contre l'esclavage. Mr Beecher était un homme de grande culture et avait des qualités incontestables ; mais il appartenait à cette classe de réformateurs qui ne tiennent aucun compte des considérations de politique ou de convenance. Il considérait l'esclavage comme un péché et un grand mal, et son âme indignée et impatiente ne pouvait pas attendre le bon moment choisi par Dieu lui-même pour le faire disparaître, par l'action de sa providence agissant par des changements et une révolution de tous les instants dans les affaires humaines. Il affirmait que l'esclavage était mauvais, religieusement et moralement mauvais et ne devait pas être supporté un seul instant. Aucune Constitution ne pouvait le protéger. Si la Constitution admettait l'iniquité, la Constitution était mauvaise au regard de Dieu et ne pouvait pas s'imposer au peuple de ce pays. Pour sa part, il n'acceptait pas la Constitution. Elle ne s'imposait pas à lui ; et tant qu'elle tolérerait l'esclavage (7), elle ne pourrait pas s'imposer. Plusieurs autres discours de même nature furent prononcés dans la même direction, auxquels répondirent Usher F. Linder, Procureur général, et le Révérend Hogan.

Le lendemain, une société abolitionniste fut formée en secret chez le Révérend Hurlbut, à Upper Alton, dont on peut penser que c'est la première jamais créée dans l'Illinois. Mr Beecher fut chargé de prêcher à l'église presbytérienne d'Upper Alton le dimanche suivant. Là, ses conférences contre l'esclavage durèrent jusqu'au lundi soir. Il n'y avait pas eu de remous, et Upper Alton fut considérée comme acquise. Cela encouragea à entreprendre un effort similaire dans le centre de la ville, sur les bords du fleuve. En conséquence, il fut annoncé que, le mardi, Mr Beecher prononcerait à Lower Alton les mêmes conférences que celles qu'il avait tenues sur les hauteurs de la cité. Ce jour-là, une autre presse abolitionniste était attendue par bateau. Les abolitionnistes annoncèrent qu'ils s'étaient organisés, avec une compagnie de quarante hommes, armés de fusils, parfaitement déterminés et prêts à la défendre à tout prix. Les gens, sous le coup d'une grande excitation, se pressèrent en grand nombre vers la rivière. Le bateau arriva, mais il n'y avait pas de presse à son bord. Le soir approchait. Mr Beecher allait prononcer son discours. Les abolitionnistes se réunirent en armes à l'église. Armés jusqu'aux dents avec des fusils et d'autres armes meurtrières, on les voyait se frayer un chemin vers la maison de Dieu ; et, à la fin du service, quand les gens rentrèrent chez eux, la lune se reflétait dans les épées et sur les fusils de quinze membres de l'église, postés dans le vestibule. Telle est la religion, quand on en fait purement et simplement l'alliée et l'auxilaire du fanatisme. Mais c'en était trop. Des hommes ne ouvaient pas tolérer pareil outrage. Je ne défends pas les mouvements de foule, que je réprimerais tous, toujours et partout dans ce pays de liberté. Mais aucun langage ne peut être chargé d'assez de sévérité pour qualifier ces meneurs fanatiques qui, par leur violence, par leur mépris souverain des préjugés honorables, menèrent une communauté pacifique à céder pour un temps à la folie et à commettre de graves crimes.

Le mercredi, on put observer ce calme particulier qui annonce l'approche de la tempête. On discuta des paroles et des actes du mardi. Beaucoup qui n'avaient pas participé aux manifestations précédentes se montraient maintenant actifs aux côtés de la foule. L'indignation éclatait sur chaque visage. Comme aucun débordement n'avait encore eu lieu, les abolitionnistes croyaient avoir gagné. Lors d'une réunion secrète, ils décidèrent de réinstaller la presse, à la pointe des baïonnettes. Les gens ne pouvaient pas supporter de telles menaces, et les vagues de l'indignation atteignirent alors le sommet des montagnes. Le Révérend Hogan, en prenant le parti qu'il prit, conserva un pouvoir important sur la foule. On fit appel à lui pour éloigner la tempête qui menaçait. Il convoqua vingt à trente des plus modérés de chaque bord à une réunion au palais de justice. Une partie semblait vouloir calmer le jeu et aller vers un compromis. Mais Mr Beecher, à la tête des autres, refusait de faire la moindre concession. Il se raccrochait à tous leurs droits abstraits et réclamait toutes les garanties du gouvernement et de la Constitution, dans le même temps où lui et ses amis étaient en train de bafouer l'un et l'autre. Il invoquait la Constitution pour se protéger. Il voulait que les autres y obéissent, dans le même temps où lui-même refusait de s'y soumettre. Il insistait pour que tout ce qu'il réclamait lui fût accordé, jusqu'au plus petit détail. Il ne retirerait rien, ne ferait aucun compromis, et aucune considération ne pourrait le conduire à accepter d'autres conditions. Dans tout cet épisode, Mr Beecher fit preuve de cette obstination pleine d'héroïsme qui, pour peu qu'elle s'accompagne de bon sens et de talents efficaces, et travaille dans le cours naturel des événements, a débordé gouvernements et systèmes politiques, révolutionné la morale et presque le monde physique. Mais ici, tout cela était mis au service d'une cause qui ne pouvait pas l'emporter, du moins à cette époque. Cette réunion allait être ajournée quand il fut proposé et accepté de charger un comité de chercher quelque solution de compromis et d'en faire le rapport lors d'une réunion fixée au lendemain, quatorze heures.

Le comité se réunit, et il fut d'avis qu'après ce qui s'était passé, il était impossible que Mr Lovejoy poursuive la publication de son journal. Une résolution fut adoptée, proposant un autre directeur et, pour Mr Lovejoy, de chercher un autre terrain d'action – ce qui fut remis à la réunion du lendemain. On peut croire que Lovejoy lui-même était prêt à accepter ce compromis, mais il n'en allait pas de même pour Mr Beecher et ses amis. Ils poussaient l'orgueil et l'entêtement jusqu'à exiger un triomphe, où les principes passaient après la victoire. S'ils avaient fait la moindre concession, les événements qui ont suivi, aboutissant à la mort de deux êtres humains, ne se seraient sans doute pas produits. Quand il fut quatorze heures, les gens se rassemblèrent au palais de justice et le président, au nom du comité, lut le rapport, conçu pour calmer les esprits échauffés. Mr Linder fit quelques observations conçues pour ramener la paix et préparer la foule alors rassemblée à envisager dans le calme les questions extrêmement graves qui se posaient à elle.

Mr Lovejoy se leva alors et commença son discours, qui débordait de violence (8) et de passion, dans lequel il désapprouva l'action de cette assemblée et le rapport du comité. Il dit avoir pensé à quitter Alton pour aller ailleurs, mais une voix venue de l'est l'avait exhorté à rester ; il resterait donc ici ; il ne pouvait pas abandonner son poste sans être poursuivi par l'Esprit divin jusqu'à son anéantissement. Les gens pourraient se ruer sur lui ou faire ce qui leur plairait, il ne pouvait pas et ne voulait pas être éloigné ; il vivrait ici, et mourrait ici. L'Esprit divin l'exhortait à lutter pour ses droits et pour une cause sainte. Il nia avoir jamais pris des engagements, et fit appel à Mr Hogan pour le soutenir dans ses dénégations. Jamais il n'avait renoncé à ses droits (il avait oublié sa fuite de Saint-Louis), il n'y renoncerait jamais, et il mourrait en luttant pour eux.

Mr Lovejoy termina ses observations dans un état de grande excitation, et l'assemblée tournait au chahut, quand Mr Hogan se leva et essaya de ramener un peu de calme dans la tempête. Il dit que la réunion avait été avait été convoquée non pas pour discuter dans l'abstrait des droits de chaque être humain, mais pour rechercher les principes les plus opportuns et trouver jusqu'où l'amour de la paix pourrait conduire à tempérer les exigences du droit. Le grand Apôtre avait dit : « Tout est permis, mais tout n'est pas utile » (9). Si Paul avait cédé à la loi qu'imposent les circonstances, serait-il mauvais pour eux, et aussi pour Mr Lovejoy, de suivre son exemple ? L'Esprit divin n'a pas poursuivi Paul jusqu'à son anéantissement pour avoir agi de la sorte ; au contraire, Il lui a tracé son chemin. Paul n'a jamais pris les armes pour répandre la religion de son Maître, ni pour se défendre lui-même contre les attaques de ses ennemis. Les habitants de Damas s'opposaient à Paul, mais a-t-il discuté avec la foule la question de ses droits légaux ? Leur a-t-il dit qu'il était citoyen romain, et ferait et dirait ce qui lui plairait ? A-t-il dit : « Je suis un ministre du Christ, et ne dois pas abandonner l'œuvre de mon Maître en fuyant le regard de la foule » ? Non ! il s'est simplement laissé descendre à l'extérieurs de l'enceinte, dans un panier – et il est parti poursuivre son action ailleurs. Et Dieu l'a loué et béni pour sa sagesse et son humilité. Mr Hogan se prononçait avec vigueur en faveur de la paix et espérait que tous ceux qui étaient présents céderaient un peu de leurs prétentions, pour la conforter.

Puis le Révérend Graves s'adressa à l'assemblée. Il souhaitait reparler de l'engagement de Mr Lovejoy, dont il avait tant été question. Mr Lovejoy n'avait jamais pris un tel engagement ; il ne pouvait pas le prendre, et il appela Mr Hogan à l'appuyer dans cette affirmation. Il loua Mr Lovejoy pour sa fermeté ; il ne pouvait accepter aucun compromis ; cela ne servait à rien d'un proposer un.

Mr Hogan répéta alors ce que Lovejoy avait dit lors de la première réunion. Mr Graves reconnut que Lovejoy avait tenu de tels propos mais qu'ils ne le liaient pas. Mr Lovejoy n'était pas un abolitionniste à ce moment-là, et lui-même ne l'était pas non plus alors. Depuis, Dieu leur avait ouvert les yeux pour qu'ils voient la grande cruauté de l'esclavage. Ils considéraient maintenant comme un devoir de le combattre. S'ils avaient pris un tel engagement, ils avaient péché contre Dieu, et devaient se repentir et le désavouer. Leur décision était irrévocable ; ils pouvaient mourir, mais non transiger dans l'accomplissement de leur devoir.

Avec de tels arguments trompeurs, nombre d'hommes de bien se dupent eux-mêmes. Ces hommes s'étaient hissés jusqu'à une résolution des plus héroïques, et, assurément, un esprit généreux trouve bien des raisons d'admirer leur obstination inflexible. C'était l'état d'esprit qui pousse le martyr et le patriote au sacrifice de leur propre vie ; et bien que l'on ne puisse pas être d'accord avec eux, on ne peut cacher son admiration pour des hommes qui se trompent avec noblesse, alors que nous méprisons celui qui a tout simplement raison.

La presse abolitionniste devait arriver le lendemain de cette réunion, mais ce ne fut pas le cas. À présent, on cherchait avec certitude l'explosion ; toutes les affaires étaient suspendues ; on ne parlait pas de la manifestation mais des efforts des abolitionnistes. Ces derniers s'armèrent, formèrent une compagnie militaire, et choisirent leurs officiers ; et ils montèrent la garde chaque nuit, dans l'attente de l'arrivée du bateau d'en bas avec la presse fatale. Ce grand sujet de discorde arriva dans la nuit du lundi suivant et fut transporté le mardi matin dans le magasin en pierre de Godfrey Gilman & Co., où ses amis étaient rassemblés avec des armes, pour le protéger. Le mardi, tout le monde fut au courant de son arrivée, mais les citoyens crurent devenir fous en entendant les sarcasmes et les menaces des abolitionnistes. On leur dit de ne pas essayer de toucher à la presse, que la poudre et les plombs n'étaient pas de simples amusements, que les abolitionnistes étaient maintenant organisés comme il se doit, et qu'ils disposaient de trente cartouches, et que la foule devait se rendre compte de leur avantage. Ces menaces allaient certainement à l'encontre des souhaits de leurs dirigeants, mais elles concoururent puissamment à accroître l'esprit de révolte.

Vers le soir, la fièvre dans la ville avait atteint un point tel qu'il était évident pour tout le monde qu'un combat violent allait éclater, et que le sang coulerait. La presse était dans l'entrepôt ; les abolitionnistes, et quelques autres qui n'étaient pas abolitionnistes, étaient rassemblés avec de la poudre et des balles pour la défendre jusqu'à la mort. Entre neuf et dix heures, dans cette soirée du mardi, une foule se rassembla devant l'entrepôt, et exigea que la presse lui soit remise. La nuit était claire et belle, la lune ne s'était pas encore complètement levée, mais le ciel était si clair et lumineux que les deux parties se voyaient distinctement durant les pourparlers. La création tout entière semblait sourire et tout semblait divin sauf l'homme qui, cédant en cette belle nuit à ses passions enragées et torrentueuses, s'était transformé en un démon d'obstination d'un côté, de destruction de l'autre. Le groupe assiégé répondit qu'ils étaient bien pourvus en armes et en munitions, et qu'ils défendraient la presse jusqu'au bout. Le bâtiment fut alors attaqué par une pluie de pierres et la foule entreprit de le prendre d'assaut. Quelqu'un dans le bâtiment tira du premier étage. Ce tir fut fatal à un jeune homme du nom de Bishop, le tuant presque sur le coup. Certains de ceux qui étaient dans l'entrepôt affirmèrent plus tard que le premier coup de feu avait été tiré par Lovejoy. S'il en fut ainsi (comme c'est possible), le résultat fut dramatique ; car, quand la foule emporta le jeune homme, leurs malédictions se firent bruyantes et affreuses, et la foule menaça clairement de mort tous ceux qui étaient dans l'entrepôt.

Certains allèrent dans une boutique chercher de la poudre, pour faire sauter le bâtiment ; d'autres se procurèrent des échelles pour mettre le feu au toit ; mais la grande majorité investit les tavernes voisines, pour se redonner du courage ; et alors, ils repartirent à l'assaut, avec une ardeur décuplée par l'ivresse. Les cloches de la ville sonnèrent à toute volée et les cornes retentirent, pour assembler encore plus de monde. Des hommes armés se précipitèrent de partout sur les lieux de la tragédie. Certains excitaient la foule, d'autres cherchaient à apaiser le tumulte.

Les échelles furent placées à un endroit dégagé, du côté sud du bâtiment. Un homme monta avec une torche pour mettre le feu au toit. Il n'y avait pas de fenêtres de ce côté d'où les assiégés auraient pu lui tirer dessus pendant qu'il montait. A ce moment, Mr Lovejoy, sortant par la porte en face de la rivière, s'avança jusqu'au coin du bâtiment et tira sur la foule. Son tir n'eut pas d'effet, et il rentra précipitamment dans le bâtiment, où il pressa ses compagnons de lancer une attaque et leur reprocha leur lâcheté à la refuser. Un jeune homme du nom de West, voyant le bâtiment flamber, monta à l'échelle avec un seau d'eau et éteignit les flammes. Pendant qu'il s'y employait, Mr Lovejoy fit à nouveau une apparition au même endroit, tira un nouveau coup sans effet, et retourna dans le bâtiment. Pendant ce temps, plusieurs coups de feux furent tirés à travers les fenêtres par la foule et plusieurs par ceux qui étaient dans l'entrepôt, mais aucun ne fit de victime ni d'un côté ni de l'autre.

La foule augmenta encore. La férocité s'accrut en proportion du nombre et de la puissance. Une autre tentative de mettre le feu au bâtiment était en cours quand Mr Lovejoy et l'un de ses compagnons firent leur apparition par la même porte. Les tirs précédents provenant de ce secteur avaient attiré l'attention vers cette porte et quand on vit les silhouettes des deux hommes en sortir et l'un d'entre eux lever son fusil pour faire feu à nouveau, ils furent mis en joue par des manifestants avec une précision fatale, l'un d'eux étant atteint à la jambe, et l'autre, le Révérend Lovejoy, touché mortellement, ayant juste le temps de crier « Mon Dieu ! Je suis touché ! » avant d'expirer. Avec la chute de leur chef ou maître spirituel, le courage vacillant de ses troupes sembla s'évanouir totalement. Un incendie général était maintenant entretenu par les assaillants ; le toit du bâtiment était en flammes, et les assiégés ne semblaient rien attendre d'autre qu'un complet anéantissement. Dans cette situation, ils étaient prêts à livrer la presse détestable. Il leur fut permis de faire une retraite précipitée le long de la rivière, leur retraite étant accélérée par des coups de feu tirés au-dessus de leurs têtes. Une fois encore, la presse fut jetée dans la rivière (10)


  
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Notes ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

(1)    Située dans le sud-ouest de l'Illinois, sur le Mississipi, la ville d'Alton se trouve presque en face de Saint-Louis, l'une des cités les plus importantes de l'État du Missouri ; dans l'article de Wikipédia  consacré à l'Alton Observer, on peut lire :
Bien que l'Illinois ait été un État libre [où l'esclavage était interdit] et qu'Alton ait été en relation avec le Réseau ferré Souterrain [organisation se chargeant de prendre en charge et conduire en lieu sûr les esclaves fugitifs], la ville avait aussi un important parti pro-esclavagiste, y compris des traqueurs d'esclaves et autres personnes vivant des esclaves. Les premiers se faisaient de l'argent en capturant les esclaves qui s'échappaient du Missouri en traversant le Mississippi. Le sud de l'Illinois comptait de nombreux partisans de l'esclavage.
(2)    L'éventail était largement ouvert :
  •  abolitionnistes radicaux, comme John Brown (cf. note (6)  ),
  •  abolitionnistes non violents immédiats, comme Willam Garrison (cf. note suivante),
  •  abolitionnistes procrastinateurs, favorables à l'abolition mais demandant une (plus ou moins longue) préparation,
  •  anti-esclavagistes, qui condamnaient l'esclavage mais refusaient d'intervenir là où il existait,
  •  neutres, sans avis sur la question,
  •  esclavagistes, comme Jefferson Davis, pour des motifs économiques ou même religieux.
(3)    Journaliste co-directeur du Genius of Universal Emancipation, William Garrison a été, à partir des années 1830, l'un des piliers de la lutte abolitionniste ; comme Mr Beecher le fera dans la suite de ce drame, il refusait de reconnaître une Constitution qui laissait la porte ouverte à l'esclavage.
(4)    Dès sa promulgation en 1818, la Constitution de l'Illinois interdisait l'esclavage.
(5)    Question d'exégèse biblique. Thomas Ford écrit : which is peace on earth and good-will to men – formulation très
proche de la King James' Version  (évangile selon Luc, chapitre 2, verset 14) : on earth peace, good will toward men.

La Septante et la Lutherbibel  ne disent pas autre chose : επι γης ειρηνη εν ανθρωποις ευδοκια
et Frieden auf Erden und den Menschen ein Wohlgefallen.
aa  {paix sur la terre}{bonne volonté pour/envers les hommes}.

Mais le texte de la Vulgate  s'en distingue partiellement : in terra pax in hominibus bonae voluntatis
comme dans la traduction d'André Chouraqui : paix sur terre aux hommes de bon gré !
et, un peu différemment, celle de Louis Segond : paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée.
aa  paix {sur la terre {aux hommes de bonne volonté }}.

(6)  (6)   Peut-être Thomas Ford pense-t-il à John Brown. Entrepreneur mis plusieurs fois en faillite, celui-ci se consacre à la lutte contre l'esclavage à partir de 1837, en ne reculant pas devant la violence : en 1856, il participe au massacre de Pottawatomie Creek, où cinq propriétaires d'esclaves sont tués ; en 1859, il se rend en Virginie pour appeler les esclaves à la révolte ; arrêté et jugé, il sera pendu le 2 décembre de la même année. Son action est donc, pour l'essentiel, postérieure à l'affaire d'Alton, mais plus ou moins contemporaine de la rédaction du texte de Thomas Ford. Et puis, si John Brown est resté le grand martyr (pas le premier, voir la note (10)  ) de la cause abolitionniste, d'autres avaient pu adopter avant lui une doctrine aussi radicale.
(7)    Il s'agit de la Constitution fédérale des États-Unis.
(8)    L'édition de 1856 a : a speech which was very mild and affecting ; mais le contexte ne se prête guère à la douceur, et il ne semble pas que Thomas Ford fasse ici preuve d'ironie. La traduction, supposant qu'il s'agit d'une coquille (il y en a quelques autres), lit donc wild.
(9)    Cette citation de la première épître aux Corinthiens, chapitre 10, verset 23 pose moins de problème que la précédente ; l'auteur suit exactement le texte de la KJV, et la traduction reproduit celle de Louis Segond.
(10)    Pour équilibrer les informations et points de vue, voici la traduction du paragraphe consacré au Révérend Lovejoy dans l'article Alton  [⇒] de Wikipédia :

Le 7 novembre 1837, le Révérend Elijah P. Lovejoy, éditeur abolitionniste, fut tué par des manifestants pro-esclavagistes alors qu'il essayait de protéger sa presse basée à Alton contre une troisième destruction. Il avait quitté Saint-Louis à cause de l'opposition qu'il y rencontrait. Il avait imprimé de nombreux tracts abolitionnistes et les avait distribués à travers la contrée. Quand un des manifestants fit un geste pour mettre le feu au vieil entrepôt, Lovejoy, armé d'un simple pistolet, sortit pour essayer de l'arrêter. Le manifestant pro-esclavagiste l'abattit (avec un fusil de chasse, de cinq balles dans l'abdomen) ; la foule prit d'assaut l'entrepôt et jeta la presse à imprimer de Lovejoy dans le Mississippi. Lovejoy devint ainsi le premier martyr du mouvement abolitionniste.

On pourra également trouver sur le site AltonWeb - The River Bend  un récit plus détaillé de son travail à Alton et des événements tragiques du 7 novembre, à cette adresse  [⇒].

Concluons ce face-à-face par le récit des dernières minutes du pasteur Elijah Parish Lovejoy telles que les retraçait le numéro suivant de l'Alton Observer  (le texte original complet figure sur le site pointé par le lien précédent) :

Un garçon avec une torche fut envoyé pour mettre le feu au toit de bois. Lovejoy et l'un de ses partisans, Royal Weller, se portèrent volontaires pour arrêter le garçon. Les deux hommes sortirent en rampant, se dissimulant dans l'ombre du bâtiment. Prenant les manifestants par surprise, ils se précipitèrent sur l'échelle, la renversèrent et rentèrent précipitamment.

Une échelle fut à nouveau dressée. Tandis que Lovejoy et Weller faisaient une nouvelle tentative courageuse de renverser l'échelle, ils furent repérés. Lovejoy fut touché à cinq reprises, et Weller fut aussi blessé. Lovejoy, revenu dans le magasin en titubant, se traîna jusqu'au premier étage avant de tomber définitivement.


Le souvenir d'Elijah P. Lovejoy, enterré à Alton dans une tombe restée longtemps anonyme, est aujourd'hui perpétué par un monument dont la colonne surplombe le cimetière et qui porte cette plaque__a a
ford-7-jpg

Plan du site & Mentions légales_._Site éclos sur Skyrock, développé avec Axiatel et mûri sur Strato.com_._© 2015-2018 - XylonAkau